L’URBANISATION FRANCAISE DEPUIS LA REVOLUTION INDUSTRIELLE (1800-2010)

03/10/2011
By

A la veille de la révolution industrielle 90% de la population vivait à la campagne, en 2009,

le taux d’urbanisation est de 82%. L’urbanisation, phénomène s’accélérant à la révolution

industrielle en France, correspond à un mouvement historique de transformation des sociétés

que l’on peut définir comme l’augmentation de ceux qui habitent en ville par rapport à la

population totale française. Il s’agit d’un développement des villes, en nombre d’habitants et en

extension territoriale, ayant des conséquences sur les modes de vie. Que ce soit lors de la

révolution industrielle, lors de l’exode rural de 1970 ou encore lors de l’explosion du travail

tertiaire dans les villes, l’urbanisation n’a jamais cessé. Il s’agit donc d’un phénomène constant

amenant des déséquilibres au sein même des villes lorsqu’elles doivent s’adapter à

l’accroissement de la population mais aussi entre les villes elles même car certaine profitent plus

de ce phénomène que d’autres, la centralisation parisienne étant le symbole de ces inégalités.

Les villes continuent de s’étendre et le manque de place ainsi que la pollution de l’air, sonore

amène de plus en plus de personnes à revenir à la campagne tout en travaillant à la ville.

Quels sont donc les caractéristiques de cette urbanisation en France ? Quelles en sont ses

conséquences ?

Nous verrons dans une première partie le phénomène de l’urbanisation puis nous

étudierons dans une seconde partie les conséquences de cette urbanisation

      

I/L’urbanisation de la révolution industrielle à nos jours

 

 Jean Pitié dans ce passage http://bit.ly/hQNaKz explique l’exode rurale massive et effrénée par le progrès technique qui induit des niveaux de vie plus faibles à la campagne, l’électricité manque souvent à la campagne par exemple ; des inégalités sociales car les travailleurs surtout du secondaire partent en ville…. L’auteur cherche des solutions pour limiter cet exode et ainsi l’urbanisation.

 Le tableau 4 de ce document  http://www.histoire-geo.org/industrialisation-et-urbanisation-s3292.html   nous renseigne sur le fait que les villes françaises telles que Paris, Marseille, Bordeaux et Lyon ne cessent de voir leur population s’accroitre entre 1800 et 1911. Grâce à ce document, nous pouvons remarquer la croissance importante de la population parisienne ce qui démontre bien le caractère attractif et centralisé de Paris.

 Cet article  http://bit.ly/dEA4yV de Michel Coquery paru dans Annales de Géographie expose les différentes phases de l’urbanisation à partir surtout de la révolution industrielle. Il expose l’importance qu’on prit certaines grandes villes comme Lille ou encore Lyon face à l’immensité parisienne. Il y décrit les différents types d’urbanisme, les aspects de la population…

 Ce document http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&id=555  appuie le fait que l’urbanisation est un phénomène constant dans le temps : la population urbaine ne cesse de s’accroître amenenant les villes à s’agrandir, c’est ce que l’on appel l’étalement urbain. Il démontre aussi que l’urbanisation diffère selon les villes et les périodes : il y a quatre principaux modes de développement.

 Cette étude http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es336a.pdf  met en avant tout le problème de l’urbanisation c’est-à-dire de délimiter les « frontières » de la ville et par là même de recenser le nombre d’habitants de cette dernière. En effet, la ville avec l’urbanisation accroit sa sphère d’influence et des banlieues ainsi que des couronnes périurbaines se forment autour d’elle rendant ainsi son étude plus complexe.

 France Guérin-Pace et Denise Pumain dans cet article 150 ans de croissance urbaine (http://bit.ly/hRXX5M ) issu d’Economie et statistique analysent l’urbanisation sur une longue période mettant en avant ses différentes phases mais aussi les inégalités qu’elle apporte entre différentes villes certaines étant favorisées comme Marseille, d’autres moins comme St Malo.

 Pierre Henry Derycke traite ici le sujet de La prévision de la croissance urbaine française http://bit.ly/i0w9rr , il étudie tout d’abord la croissance urbaine avant 1970 pour en tirer les principales caractéristiques puis, il s’appuie sur les chaînes finies de Markov pour prévoir l’évolution de la population urbaine de 1970 à 2000 et ainsi connaître l’urbanisation des diverses villes , il pourra donc ainsi connaître le nombre de villes de plus de 100000 habitants.

 Le livre La France des villes : le temps des métropoles ? de Maryse Fabriès-Verfaillie, Pierre Stragiotti, Annie Jouve http://bit.ly/fOoeRY nous présente l’évolution de l’urbanisation depuis 1950 donc les variations de population habitant en ville ainsi que la croissance de la ville. Il met en avant les inégalités d’urbanisation entre les différentes villes avec l’importance de Paris.

 Ce tableau  http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF01204  met en avant le fait que l’urbanisation se poursuit, la population des principales aires urbaines françaises augmentant entre 1999 et 2007. Les villes s’étalent pour pouvoir accueillir un maximum de population.

 Cette étude http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=822 atteste de l’urbanisation en aquitaine dans les années 1990. Elle met en avant l’importance de Bordeaux, ville la plus attractive de cette région, mais indique aussi que la ruralité dans cette région est toujours importante même avec l’attractivité des villes par rapport aux campagnes.

 Cette analyse http://bit.ly/gtz88A concerne l’urbanisation des villes de l’ouest de la France comme Rennes ou encore Poitiers. Ces villes sont parmi les plus attractives de la France avec un solde migratoire très élevé ; elles s’urbanisent donc très rapidement et les villes s’étalent : la couronne périurbaine est de plus en plus importante.

 Ce raisonnement de l’INSEE http://bit.ly/hqyujS démontre sue la ville de Reims a eu et a une urbanisation particulière. Quand toutes les villes-centres gagnent en population, à Reims, sa ville-centre ne connait pas une hausse de sa population, et aujourd’hui alors que la périurbanisation a pris de l’ampleur dans toutes les grandes villes, Reims, elle connait une augmentation de sa population dans sa ville-centre.

 Ce document http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ip707.pdf témoigne de l’urbanisation qui se poursuit en France de 1990 à 1999. Les inégalités au sein de la ville dues à l’urbanisation se sont réduites mais, certaines villes ont été plus favorisées par le phénomène.

 Cette étude http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ip603.pdf montre que l’urbanisation se poursuit surtout dans les grandes aires urbaines françaises et plus particulièrement de Paris. Les villes proches de ces métropoles bénéficient de leur développement. Mais, ce document met aussi en évidence les inégalités d’urbanisation en les différentes villes, certaines profitent de la croissance démographique tandis que d’autres en profitent moins.

 Ce document http://environnement.ecole.free.fr/urbanisation_ville.htm nous donne les avantages et désavantages de l’urbanisation pour la population. Il met en avant l’adaptation des populations aux villes, qui sont des lieux de peuplement dont les caractéristiques diffèrent de celle de la campagne comme l’insécurité, la pollution sonore ou encore la proximité des activités.

II/ Les conséquences de la croissance urbaine

 

1/ Les disparités entre les villes amenées par l’urbanisation…

    Voici une illustration de l’influence parisienne sur le territoire français. Mais, elle atteste aussi de l’influence des grandes villes que sont Lille, Marseille, Toulouse, Bordeaux ou encore Lyon dans leur région et par la même sur les villes environnantes de tailles petites ou moyennes.

 Carte : La domination de Paris sur le territoire français Cette carte démontre bienla centralisation parisienne avec les principales voix autoroutières ou ferroviaires qui passent par Paris : c’est l’organisation du réseau routier français en étoile autour de Paris. Cette carte pointe aussi la surpopulation de l’espace urbain parisien par rapport aux autres espaces urbains français.

2/ …mais aussi des inégalités au sein même des villes.

 Alain Faure dans cette analyse  http://bit.ly/hXeARX sur l’urbanisation et les exclusions dans le passé parisien de 1850 à 1950 issu de Vingtième Siècle. Revue d’histoire montre que les inégalités au sein des différents quartiers de Paris existaient avant même l’exode rurale.

 Cette réflexion http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2085  qui au départ s’intéresse aux inégalités de revenues au sein des villes montre au final que les populations les moins aisées avec l’urbanisation se retrouvent dans des HLM qui sont le plus souvent regroupés dans des quartiers sensibles de la politique de la ville à l’écart des quartiers avec une population aisée (ex : couronne périurbaine). Mais cette observation n’est pas vraie pour tous.

 Cette étude http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1328 met en avant l’évolution des Zones Urbaines Sensibles en France et fait un descriptif et un dénombrement de la population y vivant.

 Cette carte présente le nombre d’immeubles insalubres où vivent les populations pauvres et souvent immigrées par arrondissement parisien. Elle démontre bien que certains quartiers sont plus défavorisés que d’autres comme le vingtième et le dix-huitième alors que dans le sixième il n’y avait pas d’immeubles insalubres à la parution de cette carte.

 Ce document http://www.eukn.org/France/fr_fr/EUKN/La_politique_de_la_Ville_en_France  témoigne de l’existence de quartiers en difficulté en France que sont les Zones Urbaines Sensibles (Z.U.S). Il liste les projets ayant pour but de diminuer les inégalités entre ces quartiers et le reste de la ville.

3/ Un retour vers la campagne : l’exode urbain

 Cette réflexion  http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1656  pose le phénomène du retour de la population vers les campagnes. Mais, en réalité elle pose le problème de la différenciation entre périurbanisation et désurbanisation car la population reste tout de même très liée à la ville. Elle reste proche pour pouvoir y travailler et exercer des activités. Alors est-ce un retour à la ruralité ?

 Ce document  http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=485 donne quelques raisons à la périurbanisation telle que le changement des mentalités, l’évolution des moyens de transport permettant la liaison entre la ville et la couronne péri urbaine…

 Cet article http://bit.ly/eieo63 donne deux visions de personnes ayant déménagées de la ville à la campagne.

 Henry Buller dans son article Le processus de « counter-urbanisation » (Grande-Bretagne) et la « périurbanisation » (France) : deux modèles de retour à la campagne (http://bit.ly/gNC54d ) issu de l’Economie Rurale examine le phénomène de rurbanisation en mettant en évidences ses causes.

http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article2831 est un résumé du livre L’exode urbain de Pierre Merlin. Ce professeur explique dans son livre l’exode urbain au travers de l’exode rural de 1970 car l’exode urbain est une sorte d’inversion de l’exode rurale mais qui a aussi ses propres caractéristiques que l’auteur expose dans son livre.

4/ Un phénomène de pollution accrue, quelles sont les mesures prises ?

 Cet article  http://www.caradisiac.com/Pollution-sonore-quand-Paris-s-occupe-du-bruit-1277.htm  met en évidence les nuisances sonores dans une grande ville comme Paris. La pleinte des populations a amené l’Union européenne à mettre en place un plan d’action contre ces nuisances ainsi que des cartes du bruit  http://bit.ly/fCvLmn .

 Ce rapport sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine de l’Afsset http://www.afsset.fr/index.php?pageid=1013&parentid=424 étudie les conséquences de cette pollution ainsi que les solutions possibles.

 Cette carte  montre l’émission moyenne de dioxyde d’azote à Paris en 2009.

 Cette article http://www.vedura.fr/environnement/pollution/pollution-lumineuse sur la pollution lumineuse en France donne une définition de ce phénomène ainsi que ses conséquences. Cette étude http://www.vedura.fr/actualite/4371-pollution-lumineuse-grenelle nous donne un début de solution trouver par le Grenelle de l’environnement. En France, des actions ont déjà été menées pour sensibiliser à cette pollution peu connue  http://bit.ly/f7W7LC . Ces cartes  http://www.avex-asso.org/dossiers/wordpress/?page_id=38  nous montrent les pollutions lumineuses en France.

 L’urbanisation, en France, même si elle a débuté plus tard que dans des pays tels que le Royaume Uni ou encore les Etats Unis, a réellement pris de l’ampleur avec la seconde révolution industrielle et l’immigration dans les villes du monde ouvriers. Puis, les facteurs d’immigration en ville et d’urbanisation ont changé : l’explosion du travail tertiaire dans les villes, la proximité des activités de services (magasins, cinéma, restaurant….), l’école dans les villes sont quelques exemples de cette attraction des villes vers la population. Pour accueillir toute cette population urbaine, la structure de la ville a dû s’adapter. L’étalement urbain est de plus en plus présent avec l’apparition de banlieues et de couronnes périurbaines, l’amélioration des moyens de transport permettant une liaison facilitée entre la ville centre, sa banlieue et ses couronnes périurbaine. Des aires urbaines avec l’étalement des villes sont ainsi crées. Mais à force de s’urbaniser, des inégalités entre quartiers mais aussi entre les villes se créent. La pollution au sein des villes s’accroit qu’elle soit aérienne, lumineuse ou encore sonore.

Depuis quelques années, on observe un retour des urbains vers la campagne, c’est la périurbanisation comme l’atteste ce document : http://insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ip535.pdf   .

3 Responses to L’URBANISATION FRANCAISE DEPUIS LA REVOLUTION INDUSTRIELLE (1800-2010)

  1. najat on 06/13/2012 at 2:03

    bien

  2. Moulin on 11/22/2012 at 11:11

    Merci à vous pour cette banque de données formidable sur la question que vous mettez à notre disposition, nous les enseignants.

  3. Jean Claude DUVAL on 05/07/2016 at 11:06

    Bravo pour cette description. Les analyses qui sont menées reflètent une maitrise des connaissances relatives à nombre de sujets (économique, politique, urbanistique, social, culturel, santé ect..) Il faut encore avancer sur ces sujets pour découvrir les réelles raisons de la mobilité des populations . La prochaine étape d’une étude pourrait être par exemple la psychologie des groupes moteurs de la mobilité des population. Les influences des médias, des groupes culturels, des mœurs, ect pourraient être encore approfondies ultérieurement. Encore bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *