Les grands centres urbains des pays en développement.

03/10/2011
By

Les Grands centres urbains des pays en développement.

Dans ce sujet, plusieurs problématiques semblent apparaitre. Car nous souhaitons étudier les aspects des villes modernes présentent dans les pays en voie de développement.

Les recherches sur ce sujet donnent un large choix de réponses et d’études possibles mais nous ne pouvons en traiter qu’un.

Nous nous demanderons qu’elles sont les différentes faces de ces nouvelles mégalopoles mondiales, s’accroissant de jour en jour et jouant un rôle de plus en plus important à la surface du globe.

Avant même de dégager un plan pour répondre à cette question, il apparait nécessaire de s’entendre sur:

Quels sont les pays en développement ? Ou sont-ils situés ? De quelles villes parlent-on ?

Ces liens doivent aider à fixer le contexte spatiale de ce sujet:

le premier établit la liste des pays « émergents » à la surface du globe:

il est issu de la cartothèque de Sciences Po.

http://bit.ly/dTXage

Nous prendrons en considération, les pays situés en rouge sur la carte du monde. En remarquant qu’a l’exception de la Hongrie tous sont situés au Sud ou en Asie Orientale.

Ensuite, ce lien tiré du même site indique les villes les plus peuplées à travers le monde en 2000. (c’est donc la carte centrale qui nous intéresse pour l’instant ):

http://bit.ly/dVQlk0

il faut remarquer qu’un grande partie de ces villes se trouve dans l’aire d’influence de cette étude.C’est à dire les pays du sud en phase de développement.

Après cette mise au point géographique, voici le plan qui va structurer cette étude, tout d’abord: Les grands centres urbains, vitrines et organes d’une société capitaliste. Puis dans un second temps; ces mêmes villes, génératrice de pauvreté et danger pour l’environnement.

I. Vitrines  des richesses et organes de notre société capitaliste.

A) Vitrines des richesses.

Les villes depuis la première révolution industrielle ne tiennent plus le même rôle qu’auparavant, elles sont maintenant les façades de ce que Mr Jacques Bonnet appel « un monde marchand ».

Ce lien menant a un article de l’encyclopédie Universalis et écrit par Mr Bonnet explique les nouvelles fonctions des villes:

http://bit.ly/gUz6Ug

Ici la citation du passage primordial de ce texte situé dans le second paragraphe.

« La ville fonctionnelle du xixe et du xxe siècle devient valeur d’échange, au service de l’argent, du commerce et de la production industrielle. Elle cesse d’être œuvre, c’est-à-dire qu’elle n’est plus culturelle, politique, idéologique et superstructurelle et perd ainsi son essence pour servir seulement les rapports marchands.  »

De plus les nouveaux grands centres urbains s’arment de construction gigantesque, signe de leur expansion et de leur enrichissement.

Comme ces buildings semblables à ceux du vieux continent ou des Etats-unis:

http://bit.ly/fMRDyk

ci dessus un quartier de Shangai avec les gratte-ciel de  « la perle d’orient » à gauche et du Jin Mao à droite.

B) Ces villes, centres névralgiques du commerce mondial, organes vitaux à notre société actuelle.

Ces grandes villes, sont souvent le siège de bourses  mondiales.

Celles ci sont vitales dans notre système marchand actuel:

Voici la carte ( tirée de la cartothèque de Sciences Po ) des plus grandes bourses à travers le monde: http://bit.ly/gp8DtK

Il est intéressant de s’attarder sur celles de: Taiwan, Shangai, Bombay, mais également sur celles présentent en Afrique du Sud  ou au Brésil.

De plus, ces nouveaux grands centres sont souvent le siège d’installation portuaires gigantesques et impressionantes, nécessaires au commerce mondial:

Voici une carte des 100 plus grands ports à la surface du globe, une fois de plus tirée de la cartothèque de Sciences Po:http://bit.ly/eiowjI

plusieurs grandes villes de Pays émergents sont représentées, notamment en Chine mais également en Inde et en Amérique du Sud.

L’article précédemment utilisé pour montrer le nouveau visage des villes, peut-être évoqué une nouvelle fois ici pour mettre en évidence leurs nouvelles fonctions de réserve de force vives.

Ainsi nous nous permettrons de citer à nouveau Mr Jacques Bonnet dans son article sur « les villes » accessible sur L’encyclopédie Universalis:

http://bit.ly/gUz6Ug

« La ville est réserve de main-d’œuvre et sert à la reproduction de la force de travail, ainsi connaît-elle une croissance et une concentration démographiques formidables, qui favorisent les plus grandes agglomérations. Londres atteint et dépasse 3 millions d’habitants en 1860, 7 millions en 1910. En 1913, on compte de par le monde 8 villes de plus de 2 millions d’habitants (Berlin, Chicago, Londres, New York, Paris, Saint-Pétersbourg, Tōkyō, Vienne).

(…) Aujourd’hui, nouvelle phase, les prévisions démographiques des villes des pays d’économie émergente explosent. Les chiffres annoncés pour la croissance des villes chinoises étonnent : 36 agglomérations de plus de 2 millions d’habitants en 2005, 53 en 2015. On observe une banalisation du phénomène du gigantisme urbain ; le nombre des agglomérations de plus de deux millions d’habitants est passé de 29 en 1950 à 160 en 2005 (source O.N.U.), et 54 États possèdent au moins une agglomération de cette taille. Paul Bairoch, spécialiste d’histoire économique, évoque une urbanisation sans développement. »

 

Ces deux paragraphes sont extraits de cet article car ils sont les plus pertinents, prouvant bien que le gigantisme des villes actuelles n’est qu’un effet du à leurs fonctions de commerces.

Ces villes attirent les populations rurales, en faisant miroiter un emploi, une condition de vie meilleure à « l’occidental » mais cela n’est pas vrai pour tous. De plus leur gigantisme et le mode de consommation qu’elles imposent à leurs occupants peuvent devenir dangereux…

C’est ce qui nous mène à notre seconde partie, qui traitera d’une face plus noire de ces nouveaux centres urbains.

Qui tels des phares, illuminent un mode de vie, mais cachent dans leur ombre un autre monde.

II.   Les villes, génératrice de pauvreté et destructrice de l’environnement.

A) depuis toujours les pays en phase de développement voient près de leurs grandes villes, affluer la pauvreté.

-Cette vidéo, tirée des archives de la télévision française montre l’existence des bidonvilles faisant partis des grandes agglomérations mondiales, puis en prenant l’exemple de la France.

Cet exemple d’un pays européen développé peut ne sembler pas adéquat mais cette vidéo datant de 1963, la France était à l’époque en pleine croissance économique, comme les pays émergents actuels.

http://bit.ly/gQmxm3

Ces liens forment un groupe d’exemples bien plus récents qui informent sur la précarité et la pauvreté de nombreux habitats autour des villes,  dans les pays en voie de développement, ce que couramment nous appelons Bidonvilles.

-tout d’abord une carte tirée de la cartothèque de Sciences Po, indiquant le pourcentage d’habitants de bidonvilles parmi le pourcentage d’urbains sur les différents continents.

http://bit.ly/flcqFP

En s’intéressant aux chiffres en Asie, Afrique et Amérique du sud, là ou se trouve la grande majorité des pays en développement, nous voyons que la part d’habitants de bidonvilles est très importante, voir majoritaire en Asie du sud et en Afrique Subsaharienne.

-Ensuite provenant du site Hollandais “UN-Habitat”.

Sur cette page il est intéressant de regarder les statistiques à droite:

http://bit.ly/i45kCY

Celles-ci montrent qu’un urbain sur deux en Inde à accès à l’eau potable. L’accès a une propre est l’un des premiers facteurs à prendre en compte pour déterminer si une population est pauvre ou non.

La population Indienne Urbaine fais partie des plus pauvres du globe…

-Le site suivant (Climats-habitatsdumonde.com) permet d’avoir une vision ( ainsi qu’une description intéressante de se phénomène, cependant se sont les photos qui sont à prendre en compte )des différents Bidonvilles à travers le monde, Inde, Afrique…

Ces quartiers ( qui ne sont même pas considéré comme tel par les gouvernements ) sont souvent implantés au coeur ou près des grands axes de communication des villes.

http://bit.ly/g2UhoV

B) L’impact des Villes sur l’environnement.

La croissance urbaine à un effet sur l’environnement, en effet une quantité incroyable d’énergie est nécessaire pour, construire puis faire fonctionner correctement une ville.

Le meilleur exemple est celui de la chine, 2 ème pollueur mondial, juste derrière les états-unis, ce pays en pleine ascension utilise de plus la pire des énergies, celle liée au charbon, extrèment polluante.

Dans ces courbes que nous allons voir, il est évident que la croissance exponentielle de la demande d’énergie et la pollution extrème qu’elle engendre, est liée à la ville et à ses plus proches alentour:

http://bit.ly/fhHKoq

En plus de l’environnement et de la nature la pollution de l’air en milieu urbain peut également avoir des effets sur les citadins: Voici une étude tirée de la cartothèque de Sciences Po et ayant pour source la pollution dans l’air à Hong-Kong:

http://bit.ly/dGGBXO

Nous pouvons voir, grâce à cette pyramide, les effets nocifs sur la population urbaines, polluée par les industries, et la densité de population trop forte qui entraine par exemple une grande concentration d’automobiles…

Les villes de part leur incapacité à produire leur propre nourriture sont une grande source de pollution, empêchant tout commerce de proximité, elles accaparent les denrées des campagnes. Tout en courant le risque de sortir de l’autosuffisance. Elles contribuent fortement à la pollution par les transports:

Ici l’exemple de Paris, qui certes ne fait pas partit des villes de pays en développement mais qui à une situation similaire à celle de toutes les mégalopoles/métropoles mondiales.

http://dai.ly/eGhdbG

Cette vidéo est un extrait du film: Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau.

Conclusion:

Les conclusions après cette étude sont alarmantes, pauvreté et précarité côtoient les villes les “puissantes” de la planète et cela depuis le début de l’ère industrielle. Mais de nos jours cela touche un plus grand nombre de personnes et il faut s’en préoccuper.

Les villes vertes et les espaces vertes sont des solutions envisageables, mais les projets sont peu nombreux…

La prise de conscience des populations, notamment urbaines, est un espoir pour trouver des solutions autres…

L’avenir environnemental, économique et social du monde passera par ces nouvelles villes, il ne faudrait pas qu’elles suivent le seul exemple qu’elles ont; celui des vielles villes occidentales car cela pourrait être catastrophique sur le plan environnemental et humain…

http://bit.ly/hBZ6yB

Ce lien est tiré du film de Coline Serreau cité plus haut.

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *