Bidonvilles et Urbanisation: les conséquences néfastes de la croissance démographique

04/12/2012
By

Un citadin sur trois vit dans un bidonville. D’après les Nations Unies, le taux d’urbanisation mondial devrait dépasser les soixante pour cent en 2030, cette croissance urbaine que tirent surtout les pays en développement s’accompagne d’une intense pression démographique sur la ville qui ne parvient pas à l’absorber décemment. Depuis longtemps déjà l’urbanisation n’est plus perçue comme synonyme de “progrès de civilisation” , ce que pensait notamment Paul Bairoch qui qualifie aujourd’hui la concentration humaine dans les villes des pays du Sud d’ “inflation urbaine”. Cette dernière est le fruit de l’exode rural rapide et massif des populations dont une partie se heurte à une crise de l’insertion urbaine et se retrouve progressivement marginalisée en périphéries de centres attractifs, trop attractifs pour garantir un travail et un habitat aux nouveaux arrivants qui, espérant fuir la pauvreté paysanne, trouvent non pas la richesse mais la misère urbaine. L’accroissement naturel prends ensuite le relais. C’est ainsi qu’émergent des bidonvilles que les Nations Unies reconnaissent aux critères suivants: « l’accès inadéquat à l’eau potable, l’accès inadéquat à l’assainissement et aux autres infrastructures, la mauvaise qualité des logements, le surpeuplement, et le statut précaire de la résidence » qui font des ces entassements de pauvreté le “pire des mondes possibles” aux yeux de Mike Davis. Rajoutons les conséquences néfastes de la nature de ces slum, favelas ou autres township : insécurité généralisée, pollution, maladie, mortalité (notamment infantile)…Leurs habitants sont loin de profiter de “l’avantage urbain” (infrastructures et services), leur condition de vie est médiocre et dangereuse. Bien que les bidonvilles existent encore partiellement dans les pays développés, nous nous intéresserons ici aux bidonvilles-ghettos d’ Afrique, d’Amérique et D’ Asie, de Manille à Nairobi en passant par Sao Paulo et Bombay. Nous verrons l’ampleur de ces sites informels dans le monde actuel et les prévisions d’évolutions inquiétantes qu’ils présentent. Des exemples de solutions politiques seront abordés.

 

I- Généralités: Qu’est-ce qu’un bidonville? Quelle est l’ampleur du phénomène?

Considérons cet article concis en guise d’introduction: http://www.vedura.fr/social/logement/bidonvilles-pauvrete-urbaine, qui permet d’appréhender la triste réalité du bidonville en le définissant clairement.

Le bidonville est aussi un microcosme aux particularités démographiques propres,  qu’analysent en détail Jean Claude Chesnais et Hervé Le Bras dans leur ouvrage de référence : Villes et Bidonvilles du Tiers Monde. Structure démographique et habitat. accessible sur Persée.fr : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1976_num_31_6_16117

Les bidonvilles “constituent sans aucun doute le problème numéro un de l’habitat dans le monde” rappelle le site Habitat du Monde qui offre dans son article une vision globale de bidonvilles et des enjeux qu’ils représentent: http://www.6climats6habitats.com/bidonvilles.htm.

Les photographies de ces lieux sont très révélatrices des informations précédemment évoquées et parlent d’elles mêmes. Voici quelques uns des bidonvilles les plus tristement célèbres, en compléments des images de l’article ci-dessus:

 

Photo : Le bidonville Dharavi à Bombay (800 000 hab.)

Le bidonville Dharavi à Bombay (issue de Lecartographe.net : http://www.le-cartographe.net/index.php/dossiers-carto/monde/67-bidonvilles )

Sao Paulo - Brésil - Bidonville

Favelas de São Paulo, Brésil ( http://quebecblogue.com/archives/2007/10/11/les-riches-et-les-pauvres/ )

Bidonville de Jakarta en Indonésie. (http://lewebpedagogique.com/histoiregeoeurope/files/2011/04/Bidonville-Jakarta.jpg)

Les deux dernières photos illustrent bien l’aspect marginal et urbain des bidonvilles.

 

II- Comprendre la création et l’essor de la bidonvillisation globale, quelle potentiel d’amplitude à venir?

« Les pays en développement, qui sont les plus peuplés, comptent aujourd’hui le plus grand nombre de citadins. L’Asie notamment, où habitent trois cinquièmes des hommes, abrite un citadin du monde sur deux. Depuis 50 ans, la population des villes s’accroît bien plus vite dans les pays pauvres que dans les pays riches (4,3 % par an en moyenne en Afrique, 1,2% en Europe). C’est aussi dans les pays en développement que se trouvent 15 des 20 plus grandes agglomérations du monde aujourd’hui. Alors que l’urbanisation est historiquement un des moteurs du progrès économique et social, la forte croissance urbaine actuelle dans les pays du sud, avec les difficultés de logement, d’emploi ou de transport qu’elle engendre, semble au contraire ralentir leur développement. » écrit Jacques Véron dans son article La moitié de la population mondiale vit en ville ( Population et société numéro 435- juin 2007): http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1300/publi_pdf1_435.pdf (INED)

La répartition du phénomène:

Monde - Bidonvilles

Part de la population urbaine nationale vivant dans un bidonville  (http://www.populationdata.net/indexcarte.php?monde&mid=2739&nom=monde-bidonvilles )

 

Quelques chiffes et prévisions évocateurs de l’Onu- Habitat condensés dans cet article du Journal du Net

 

 

828 millions d’habitants dans les bidonvilles

la population mondiale vivant dans les bidonvilles s'accroîtra probablement de 6

 

En 2011, l’Onu-habitat a estimé que 827,6 millions de personnes vivaient dans des bidonvilles, soit presque 12% de la population mondiale. La bonne nouvelle, c’est que 227 millions d’habitants ont quitté les taudis depuis une décennie. La mauvaise, c’est que ces départs n’ont pas compensé l’accroissement naturel de la population des bidonvilles. On en compte donc 50 millions de plus par rapport à l’an 2000. C’est une fois de plus l’Afrique subsaharienne qui affiche les chiffres les plus effarants : 199,5 millions de personnes (61,7% de sa population urbaine) vivent dans des bidonvilles. Selon d’ONU-Habitat, la population mondiale vivant dans les bidonvilles s’accroîtra probablement de 6 millions chaque année (soit 61 millions de plus), atteignant un total de 889 millions d’ici 2020. 

Source: http://www.journaldunet.com/economie/magazine/population-mondiale/bidonvilles.shtml

III-Un exemple de tentative de remédiation: l’absorption des bidonvilles en Inde

L’Inde compte environ 700 bidonvilles, un tiers de la population indienne quittera la campagne dans les 40 prochaines années pour s’entasser dans les villes, face à ce constat alarmant, l’Etat s’est fixé l’objectif très ambitieux de les éliminer rapidement en relogeant les indigents. L’exemple de Bombay que rapporte ce reportage d’ARTE est intéressant: http://www.arte.tv/fr/4045472,CmC=4046042.html.

Autre bidonville indien parmi les plus grands du monde: Mumbai, l’article suivant montre la difficulté politique majeure que représente un bidonville et sa population: la volonté de mettre un terme à cette précarité se confronte à des obstacles nombreux, lisez plutôt.

Les ONG contre les habitants. La gestion du relogement et de la réinsertion des populations des bidonvilles à Mumbai

http://metropoles.revues.org/4438

 

 

Tags: ,

One Response to Bidonvilles et Urbanisation: les conséquences néfastes de la croissance démographique

  1. Passant on 11/24/2015 at 2:29

    Mumbai et Bombay, c’est la même ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *