La géographie au féminin

04/12/2012
By

Démographiquement, les femmes sont supérieures aux hommes, mais au sein de la société, elles sont souvent considérées comme en infériorité. En effet, il n’y a pas de parité homme/femme, même dans la société actuelle. C’est à partir de la prise de conscience de l’inégalité de condition et de statut social entre les hommes et les femmes au XXème siècle, que s’est développée l’étude de la place des femmes dans les différentes cultures et époques. On observe alors que la femme est tantôt fascinante, tantôt négligée. En effet, les femmes sont captivantes. Elles sont le symbole de la fertilité, de la vie, de la mère protectrice,… Mais à travers cette image de maternité, elle est rejetée au second plan par rapport aux hommes, parce que son rôle majeur devient celui de procréer. Longtemps l’Eglise se servait d’elles, parce qu’elles sont les dernières à conserver les traditions notamment familiales. Dans cette allégorie de la femme, on lui attribue des préjugés ce qui lui vaut une discrimination dans différents domaines. L’image de la femme va évoluer progressivement, il va y avoir un changement dans la société. Même si la condition des femmes s’est largement améliorée depuis le début du XXème siècle dans les pays développés, elle est souvent oubliée dans les pays en voie de développement. C’est pour cela, que certains éléments nous amènent à nous demander si l’homme et la femme sont vraiment égaux. Pour qu’il y ait une telle progression, les femmes se sont battues. En effet, de nombreuses femmes contribuent à l’élévation de la femme dans la société. Les mouvements féministes ont combattu les inégalités de droits et de statuts entre les hommes et les femmes. Plusieurs chercheurs ont tenté, notamment à partir des années 1970, de lutter contre ce qu’ils percevaient comme un biais sexiste des sciences sociales. Le problème de la condition des femmes dans la société, jugée inéquitable et injuste par les féministes, a été un des thèmes de réflexion les plus étudiés au XXème siècle et l’actualité lui a parfois donné une place prépondérante dans le débat civil et politique, comme pendant les événements de mai 1968 en France. La place des femmes est actuellement un enjeu politique et d’actualité important, comme par exemple au Québec, où la Fédération des femmes au Québec initia la Marche mondiale des femmes en l’an 2000. Aujourd’hui, les femmes se battent toujours pour leurs droits, certaines arrivent d’ailleurs à des postes importants.
Qu’elle est la place des femmes dans la société actuelle ?
Dans un premier temps nous verrons leur répartition géographique et le cours de la fécondité. Puis, nous évoquerons les inégalités qu’endurent les femmes sur les différents continents. Et enfin, nous terminerons sur le déploiement de celles-ci dans le domaine de la politique.
NB : vous retrouverez en fin d’article les différents liens utilisés, réorganisés selon les types et les usages.

I- La démographie des femmes

A- Répartition des femmes dans le monde

Cette carte, nous indique la proportion d’hommes par rapport aux femmes dans la population totale par pays. On observe que les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans les pays développés, alors que dans les pays arabes et asiatiques, la population masculine est plus importante.
Sur ce site, on explique en quelques mots les causes pour lesquelles les femmes sont supérieures en nombre, par rapport aux hommes. Le graphique suivant permet de justifier le site précédent. En effet, on peut voir que le nombre de femmes dépasse progressivement celui des hommes. Cela s’explique par l’espérance de vie plus importante des femmes sur les hommes.
Dans l’article “Tous les garçons et les filles”, de ce site, on nous décrit l’évolution des femmes au fil des âges, et on observe que dès 25ans, le nombre d’hommes décline, jusqu’à devenir inférieur à celui des femmes.

B- Répartition des femmes par âge

Cette carte montre la répartition des femmes selon leurs âges. On peut donc observer que dans les pays les plus développés les femmes vivent plus longtemps, que dans les pays en voie de développement. On peut donc en conclure que dans les pays où la médecine est plus évoluée, les femmes vivent davantage.
Ce site nous précise, par des chiffres concrets, l’espérance de vie des femmes dans différents pays. Les femmes parviennent à des âges plus élevés que les hommes, ce qui explique leur supériorité numérique par rapport aux hommes.
On décrit ici pourquoi les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Nous retrouvons l’intervention de docteurs, donnant leur avis sur ce phénomène de longévité des femmes.
Cette vidéo d’Europe 1 nous avoue que les hommes ont trente ans de retard, en terme d’espérance de vie sur les femmes. Il explique aussi l’amélioration progressive de l’espérance de vie en France, grâce aux progrès médicaux, et aux préventions contre l’alcool, le tabac, …
Dans cet article de Persée, on nous explique cette différence au niveau de l’espérance de vie entre les femmes et les hommes. Pour cela, on compare le résultat de plusieurs indicateurs socio-économiques. On remarque alors, que la mortalité des hommes est deux à trois fois plus élevée que celle des femmes.

C- Répartition des femmes selon leur situation familiale

Sur un des deux tableaux suivant, on peut voir la répartition des femmes selon leur statut matrimonial et le nombre d’enfants. On utilise, pour cela, une population étudiée en effectif et un groupe témoin. Dans les deux cas, les femmes célibataires sont plus nombreuses. Le deuxième tableau statistique concerne la répartition des femmes selon leur mode de vie. On observe que les femmes seules vivant chez leur parents sont en supériorité numérique.
Sur ce tableau on voit la situation matrimoniale des femmes dans deux pays d’Afrique du Nord, en Algérie et au Maroc. Il est divisé en trois parties, la population féminine urbaine, celle rurale et l’ensemble.

D- La fécondité

Sur ce site, on nous explique l’évolution de la fécondité dans le monde depuis 1965, et les conséquences. Entre 1950 et 1970, la fécondité connait de faibles évolutions. Par contre, de 1970 à 2005 c’est une chute de la fécondité que connait les différents pays, surtout les pays en voie de développement.
La fécondité, c’est le nombre moyen d’enfants que les femmes mettent au monde durant leur vie. Comment la mesure-t-on pour une année donnée dans un pays lorsqu’on connaît le nombre de naissances de cette année là ? Cette animation de l’INED nous éclaire sur la manière de calculer le taux de fécondité. Pour cela, il utilise les chiffres de l’année de 2000, en France.
Cette carte du monde montre les indices de fécondité. On distingue que les pays en voie de développement ont un indice de fécondité plus élevé que dans les pays développés. Par exemple, l’Europe a un indice de fécondité aux alentours de 1.0, alors qu’au Mali, l’indice de fécondité est proche de 7.0.
Ce schéma simplifié compare la fécondité moyenne à travers différents pays comme le Canada, la France, … On constate que les pays d’Afrique l’emporte sur les autres pays. En effet, il y a 6.8 enfants par femme en moyenne en Angola.
Dans cet article de l’INSEE, on distingue que le nombre d’enfants nés hors mariage en France augmente, mais plus particulièrement dans les départements d’Outre-mer.
L’ouvrage suivant met en lien l’économie et la natalité. En effet, on nous dévoile le fait que les personnes ayant un revenu plus élevé, renonceront moins à avoir des enfants.
Avec la loi Veil, les femmes ont maintenant un contrôle sur la fécondité. En effet, avec l’avortement, elles peuvent décider de devenir mère ou non. De plus, nous observons qu’aujourd’hui avant d’avoir un enfant, nous attendons d’avoir une vie stable de peur de ne pas pouvoir subvenir au besoin de celui-ci. Donc il existe de nombreux moyens de contraception, mais aussi l’accès à l’avortement qui est devenu légal, grâce au combat de Simone Veil. (Pour plus d’indications, aller voir III- C) 5.)

II- La place des femmes dans le monde

Depuis toujours, la femme subie des préjugés, ce qui conduit à une discrimination de celles-ci. Cependant, depuis 200 ans, la parité entre les hommes et les femmes n’a cessé de progresser. Ainsi, nous verrons sur les différents continents, la place qu’occupe les femmes selon certains thèmes. Notamment, les inégalités qui peuvent perdurer dans le travail, l’éducation et dans la vie familiale, mais aussi l’image qu’elle rejette dans les religions et la publicité.

A- Europe

1. La place des femmes sur le marché du travail

  • Le salaire des femmes est, pour la plupart des métiers, inférieur à celui des hommes.
Ce site indique l’inégalité de salaire entre les hommes et le femmes par des chiffres concrets. On compare cette inégalité entre quelques pays européens. Il nous expose cette différence par des métiers jugés “naturels” pour la femme, et donc moins importants. Il nous fait constater que cette disparité est moins prononcée dans les jeunes générations.
  • Les femmes trouvent moins souvent que les hommes du travail, pour des raisons de force physique. D’ailleurs, il y a quelques années, certains métiers comme mécanicien, pompier ou encore militaire, étaient réservés au hommes, parce qu’ils exigeaient une force physique importante. On retrouve cette inégalité dans le sport. En effet, les courses, les matchs féminins sont moins diffusés que ceux masculins. Mais aussi pour des problèmes d’éducation.
L’article suivant explique les inégalités des femmes et des hommes au fil des années par rapport au chômage, avec l’aide d’indicateurs calculant cet écart.
Sur cette ressource pédagogique, on a à la page 13, document 7, le témoignage de Simone, qui nous raconte la discrimination qu’elle a subie face à une demande d’emploi en temps qu’attaché principal. En plus de ne pas avoir accédé à ce poste au profit d’un collègue masculin, elle connait une inégalité au niveau des salaires. Elle nous donne également la solution qu’elle a prise pour lutter contre cette discrimination, à la page 16. Il y a aussi un extrait du code pénal, donnant la définition d’une discrimination.

2. L’image des femmes dans la religion

En Europe il y a quatre religions.
La carte suivante nous montre la répartition des différentes religions en Europe :
  • La religion catholique: Ces citations du Nouveau Testament, montre que la religion opprime la femme. Il la désigne comme un être sans âme appartenant à l’homme. De plus, pour la religion, le corps de la femme doit être fécond, est en aucun cas, cette fécondité doit être entravée.
  • La religion protestante: Ce résumé de conférence nous indique la vision des femmes qu’on les protestants, comme Calvin et Luther. De plus, il nous présente leurs libertés, comme celle de devenir pasteur.
  • La religion orthodoxe: (voir la religion catholique)
  • La religion musulmane: Ce sont des extraits de Coran montrant la vision de la femme dans l’islam.
Cette vidéo résume la place des femmes dans l’islam et le christianisme, en l’expliquant par rapport à l’image que Dieu renvoi aux hommes .

3. Les femmes et la publicité

Elles sont souvent associées à des produits ménagers ou de luxe. Le plus souvent, la femme est un objet de séduction. La publicité a une certaine influence, notamment sur le comportement des enfants, qui ancrent l’image de la femme dans les produits qui lui sont associés.

4. La vie familiale

Longtemps on a gardé l’image de la femme au foyer s’occupant des enfants, et de l’homme ramenant de l’argent. Cet article compare deux pays européens, la France et la Suisse, sur le thème des congés parentaux. On remarque qu’en Suisse il existe des congés de paternité, ce qui peut diminuer la discriminalité des femmes.

B- Afrique

1. Les femmes et le travail

Le site suivant, montre que les femmes ont moins de chance d’obtenir des emplois que les hommes, notamment parce qu’elles ont moins accès à l’éducation. Elles subissent aussi une inégalité au niveau des salaires.

2. Les femmes en Afrique Subsaharienne

Cette article dénonce l’inégalité entre les femmes et les hommes, la cause de cela et les efforts qu’elles mettent en place pour qu’il y ait du changement. En effet, nous verrons les solutions mises en place.

3. Afrique du Sud

Ce site nous précise l’impact de l’apartheid sur les femmes noires. Il nous indique également que les inégalités homme femme ne sont pas résolues, en raison d’une justice qui n’effraie plus, sauf dans quelques grandes agglomérations.

C- Asie

Ce site nous explique les droits des femmes en Asie. En Asie du Sud, la population sans éducation reste élevée. 49% des femmes contre 36% d’hommes asiatiques sont sans éducation. En revanche, la proportion est inférieure à 2% pour les deux sexes en Asie Centrale et en Océanie. Les plus importants écarts de salaires se trouvent dans les pays d’Asie.

D- Amérique Latine

Cet extrait de Population, une œuvre éditée par l’Institut National d’Études Démographiques, nous présente les inégalités des femmes en Amérique Latine. Plus précisément, leur place sur le marché du travail, et il le met en lien avec le taux de fécondité. Dans un premier temps, Ingrid Schockaert nous explique les différentes méthodes utilisées pour cette étude. Puis présente l’influence de la fécondité sur le travail des femmes.

E- Océanie

Cette article des droits de la femme nous apprend que les australiennes subissent souvent des problèmes de violence. Il y a une inégalité entre les femmes aborigènes et celles qui ne le sont pas. On observe ici, certaines mesures mises en place afin d’éviter cela. Dans la rubrique des chiffres clés, on voit la violence envers les femmes, qui règne dans ce pays.
Ce PDF résume cette partie sur la place des femmes dans le monde. Il évoque les femmes dans le travail, les préjugés qu’elles subissent, les combats qu’elles ont mené, et il nous présente le portrait de femmes ayant marqué l’histoire par leur combat.

III- Les femmes dans la politique

A- Droit de vote des femmes

Cette carte nous présente les dates auxquelles les femmes ont eu le droit de vote, surtout au XXème siècle.
Ce site retrace cette résistance des femmes dans quatre pays, aux États-Unis, en France, au Royaume-uni et en Suisse. En effet, nous apprenons le combat qu’elles ont menée pour réclamer leurs droits.

B- Les femmes dans les Parlements

Ce site nous dévoile le combat des femmes, afin qu’il y ai plus d’élues. D’ailleurs, elles sont soutenues partout dans le monde par le Fonds de développement des Nations Unies pour la Femme (UNIFEM). Il contribue à augmenter l’efficacité politique des femmes avant et après les élections, afin d’obtenir une parité, et éviter toutes sortes de discrimination.
Cette carte présente la proportion des femmes dans les parlements. On remarque, que même dans les pays développés le nombre de femmes dans les parlements ne dépasse pas 30%. Les pays d’Afrique du Nord, de la péninsule arabique, la Mongolie, l’Ukraine et la Somalie sont les plus touchés par cette disproportion entre les femmes et les hommes au pouvoir.
Sur ce diagramme, on observe que les femmes sont moins nombreuses que les hommes au sénat français, même après le renouvellement de 2011.

C- Quelques personnages ayant marqués l’histoire des femmes

Sur ce site, nous avons une liste avec quelques femmes ou groupe de femmes ayant fait avancé la lutte féminine pour l’égalité avec les hommes. De 1791 à 1949, les femmes, quelques soit le pays, se sont démenées pour la parité.
En effet, de nombreuses femmes se sont battues, et encore aujourd’hui, elles se battent pour une égalité qui n’est pas toujours évidente. Par la suite nous verrons quelques femmes ayant lutée pour leurs droits. Elles sont nombreuses, mais nous en avons sélectionné quelques unes.

1. Christine de Pisan

Fille d’un astrologue de Bologne, Christine de Pisan (1363-1431) est une femme de lettres qui a dû vivre de sa plume après la mort de son mari, en 1389. Elle écrit en 1405 Le Livre de la Cité des dames, dans lequel elle imagine une ville fortifiée utopique dont chaque pierre serait une femme douée de talents et de vertus. Il s’agit du premier écrit féministe qui soit parvenu jusqu’à nous.
Pour plus de renseignement sur ce personnage, il y a la possibilité de lire, Christine de Pizan, femme de tête, dame de cœur, de Simone Roux. Mais aussi les œuvres de celle-ci comme La cité des Dames, jugé par les auteurs contemporains comme l’un des premiers ouvrages féministes de la littérature. Dans son œuvre, on a une société allégorique, où les femmes peuvent mener une existence pleine de noblesse, tout en apportant leur contribution à la société.

2. Marie-Olympe de Gouges

Cette biographie de Marie-Olympe de Gouges nous apprend qu’elle est née à Montauban dans une famille modeste, arrêtée le 20 juillet 1793, elle est condamnée à mort et guillotiné le 3 novembre 1793. La révolution française donne à Olympe de Gouges l’occasion de donner son opinion. Face à l’Assemblée Constituante qui exclut les femmes des droits de la cité, elle publie un texte qui est l’un des fondements du féminisme originel, “Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne”. Dans d’autres écrits, elle nous livre son avis sur l’esclavage et la peine de mort.
L’œuvre la plus célèbre de cette personne et La Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne. A travers ce texte, elle réclame l’égalité des sexes. Pour cela, elle reprend les différents points de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

3. Marie Curie

Cette vidéo de la chaîne Arte, nous renseigne sur la vie de Marie Curie, notamment qu’elle est né le 7 novembre 1867 en Pologne, sous le nom de Marya Salomea Sklodowska, et meure le 4 juillet 1934. Elle est réputée pour être la première femme scientifique reconnue, avec 2 prix Nobel.
Pour plus d’informations, ces livres nous documentent sur la vie de Marie Curie, mais aussi sur ses travaux. Notamment sur ces recherches en chimie, comme le radium, mais aussi sur les deux prix Nobel qu’elle a obtenu pour son travail.

4. Les Suffragettes

Les Suffragettes sont une Union Nationale pour le Suffrage Féminin, afin d’obtenir le droit de vote. Très vite, leurs mouvement vont devenir violents en Angleterre. Pendant la première Guerre Mondiale, elles cessèrent toutes actions. En effet, l’État étant en pénurie de main d’œuvre masculine, les femmes durent occuper des emplois traditionnellement masculins. Elles obtiennent alors le droit de vote, mais aussi le droit de travailler sans l’accord du mari et de gérer leurs propres affaires.
Cette rediffusion des paroles de Louise Weiss, nous apprend que les Suffragettes luttent pour le droit de vote des femmes, mais aussi pour la semaine de 40 heures, qu’elles réclament pour leurs enfants. En effet, elles les considèrent comme des êtres devenus fragiles à cause d’une sous alimentation physique, et d’une sur alimentation intellectuelle.
Cet extrait d’une docu-fiction, nous informe du débat qu’y a eu lieu dans la chambre des députés en 1919, par rapport aux droits de vote des femmes. De plus, l’un des personnages fait référence au suffrage universel. En effet, celui-ci est instauré en 1792, mais il est devenu réellement universel en 1944.

5. Simone Veil

Dans une autobiographie, Une Vie, Simone Veil, se présente comme une femme libre véhémente et sereine. Ce site, permet de résumer sa vie avec des photos des moments importants de sa vie, mais aussi avec le témoignage de ce qu’elle a vécue de juillet 1944 à janvier 1945, dans le camp de Birkenau.
Cette vidéo dévoile son intervention devant l’assemblée à propos du droit d’avortement. Puis, elle nous donne son ressentie sur la réaction des députés et de la population, qui réagit parfois de manière violente.
Dans ces articles, on nous dévoile la manière dont on regardait l’avortement en France, 20 ans après la loi. Mais aussi la lutte que mène les femmes pour le droit à l’IVG. Pour le premier, on fait intervenir un médecin généraliste travaillant dans un centre d’IVG depuis plus de 10 ans, Béatrice Fougeyrollas. Elle nous donne la réaction des femmes face à leur acte, mais aussi les sujets qui restent tabou.
Ici, on conclue de manière précise l’ensemble des points que nous avons vu dans cette partie. ( à lire)

Conclusion

Pour conclure, nous observons que la femme est très présente dans le monde, de part son surnombre par rapport aux hommes, notamment à des âges élevés, car elles vivent plus longtemps que les hommes. On remarque que la fécondité chute, notamment avec l’apparition des moyens de contraception et la loi Veil. De plus, selon l’indice de fécondité des pays, nous pouvons mettre en lien l’évolution de la femme avec leur fécondité. On remarque que les pays où les femmes sont moins libre, ce sont les pays où l’indice de fécondité reste élevé. En effet, dans ces pays, le rôle de la femme se résume à faire des enfants, et à parfaire leur éducation. Mais nous avons vu également que les femmes se sont relevées de l’image dans laquelle on les avait enfermées, afin de faire évoluer la situation pour les générations à venir.

Articles:

Cartothèques:

Livres:

Sites web:

Multimédias:

Ressources pédagogiques:

Tableaux de statistiques, graphiques, schémas,…:

One Response to La géographie au féminin

  1. Baron on 04/22/2012 at 12:15

    La géographie au féminin: voilà un très bel article qui illustre parfaitement la place des femmes et met en avant les progrès faits et ceux qu’il reste à faire. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *