L’Europe et la question énergétique.

04/12/2012
By

Dans le monde moderne, l’électricité joue un rôle majeur dans la vie des Hommes. La question de l’indépendance énergétique s’est posée des les années 60, entainant le développement du nucléaire civil mais aussi des centrales thermiques venant se cumuler aux centrales déjà présentes, hydroélectriques notamment.

L’énergie est une problématique majeure en Europe. L’Union européenne doit en effet faire face au triple défi du changement climatique, de la sécurité d’approvisionnement et de la compétitivité. Pourtant, bien que ces préoccupations concernent l’ensemble des 27 Etats membres, l’établissement d’unepolitique commune en la matière n’est pas des plus simples. Ces difficultés tiennent à la diversité des ressources énergétiques en Europe, avec en particulier le débat sur le recours à l’énergie nucléaire, mais également à la question de la dépendance énergétique de certains Etats membres en terme d’approvisionnement, notamment vis-à-vis de la Russie pour le gaz. Ainsi, c’est à petits pas que cette politique commune s’est construite. Pourtant, c’est l’énergie elle-même qui a fondé les Communautés européennes en 1951, avec la CECA (http://www.touteleurope.eu/fr/actions/energie-environnement/l-europe-et-l-energie.html). Peut-on pour autant parler de question énergétique en Europe?

Nous montrerons tout d’abord du rôle tenu par le nucléaire et les questions qu’il suscite en europe, puis la place des énergies renouvelables dans les politiques énergétiques européens et enfin le domination des énergies fossiles que l’Europe veut casser.

I\L’UE face à la question nucléaire
A) Le nucléaire en Europe
B) L’Europe divisé sur le nucléaire

II\ Les énergies renouvelables : solutions ?
A) Les énergies vertes un développement européen
B) Une nécessité future

III\Les énergies fossiles : l’Europe et sa dépendance.
A) La dépendance européenne

B) Diversifier l’offre

I\ L’UE face a la question du nucléaire.

La catastrophe de Fukushima, en mars 2011, marque le retour de la question du nucléaire civil dans les débats. Le nucléaire joue en Europe un rôle majeur, présent sur l’ensemble du continent, il divise plus qu’il ne rassemble.

A) Le nucléaire en Europe

Le nucléaire est présent sur l’ensemble du territoire européen : http://www.rtl.fr/actualites/international/article/l-allemagne-abandonne-le-nucleaire-de-facon-irreversible-7690804234. La France avec 59 réacteurs est le pays européen le plus nucléarisé : http://www.lecartographe.fr/cartes/carte-France/c-Metropole-energie/n-28/Sites-nucleaires.html

Son développement débuté dans les années 60 avait pour objectif d’assurer l’indépendance énergétique des états européens a atteint aujourd’hui son paroxisme comme le montre ce rapport d’information sénatorial (1999-2000). Bien qu’étant antérieur à Fukushima, ce rapport est un élément central pour comprendre l’importance du nucléaire en Europe, importance toujours vrai aujourd’hui.

B) L’Europe divisée sur le nucléaire.

L’Europe est divisée sur la question nucléaire, en effet, si Fukushima a rouvert les plaies laissées par Tchernobyl en Europe de l’Ouest, l’Europe de l’Est reste favorable  cette énergie :  www.cairn.info/revue-le-courrier-des-pays-de-l-est-2007-6-page-13.htm.

 

 

G.Vendryes dans une conférence donnée en janvier 2002 résume parfaitement les enjeux du nucléaire civil pour l’Europe du XXI siècle (http://www.sfen.org/L-Europe-et-l-energie-nucleaire). Énergie indispensable mais dangereuse, le nucléaire fascine autant qu’il ne repousse, poussant les hommes à rechercher des alternatives.

 

II\ Les énergies renouvelables : solutions ?

 

http://www.dailymotion.com/video/x86x0lL’Europe
et la question énergétique

Les énergies vertes ont vu leur rôle évolué dans le monde moderne, autrefois simple complément aux énergies fossiles (hydroélectricité, éolien), elles s’imposent peu à peu comme les énergies du futurs, appelées à se substituées aux énergies polluantes.

A) Les énergies vertes un développement européen

Si les énergies dites vertes sont clairement une nécessité pour la production énergétiques futurs, elles restent encore souvent à l’état expérimental, ne devant leur développement qu’à des volontés politiques.

La politique européenne en matière énergétique impose aux pays européens membre s de l’UE des objectifs claires mais peu contraignants. Les politiques
énergétiques dépendant encore fortement des politiques nationales.

B) Une nécessité future

 

Les énergies renouvelables sont encore en Europe un simple complément aux énergies traditionnelles (nucléaire-fossiles). La carte ci-dessus montre bien qu’à de rares exceptions : Suède, Lettonie, Autriche; la majorité des pays européens utilisent peu cette énergie.

Néanmoins, elles sont appelées à jouer un rôle de plus en plus important du fait de la raréfaction des combustibles type pétrole, gaz ou charbon, mais aussi par la nécessité de réduire la pollution

Cependant, si l’ensemble des gouvernement européens s’accordent sur l’importance que devront avoir les énergies renouvelables, ces dernières conservent un rôle encore négligeable : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/8-11042011-AP/FR/8-11042011-AP-FR.PDF.

III\ Les énergies fossiles : l’Europe et sa dépendance.

A) La dépendance européenne

L’europe reste un continent dépendant des énergies fossiles : désigne l’énergie que l’on produit à partir de roches issues de la fossilisation des êtres vivants : pétrole, gaz naturel et houille. Elles sont  présentes en quantité limitée et non renouvelable, leur combustion produit des gaz à effet de serre. La prise de conscience de la dépendance pousse l’Europe a diversifié son approvisionnement afin de ne pas dépendre d’un seul et même producteur.

Le Gaz russe

Il pose à l’ensemble de l’Europe un probléme politique majeur : la situation quasi monopolistique et la dépendance de certains états européens, fait du gaz une arme politique centrale pour la Russie.

B) Diversifié la l’offre

La diversification du bouquet énergétique , afin d’être moins dépendant est aujourd’hui un impératif pour l’UE. Au travers de l’ouverture de son marché à de nouveau fournisseurs (africains, sud-américains entre autres), l’Europe cherche à réduire sa dépendance vis-à-vis du pétorle arabe et du gaz russe.

 

 

En conclusion, si l’Europe adopte une véritable politique énergétique sur les énergies vertes, elle reste fortement désunie sur le cas du nucléaire. De plus sa dépendance aux énergies fossiles la rend vulnérable en cas de pénurie. Cependant, malgré ces problème, l’Europe s’est fixé une véritable politique énergétique, certes encore a l’état d’ébauche mais dont les lignes principales apparaissent : promouvoir les énergies no polluant, lutter contre l’effet de serre et renforcer la sécurité nucléaire pour à terme envisager son démantelement.

Comments are closed.